Partagez | 
 

 Loukas Birghtston - Hey sis' ! je te croyais morte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


♦ La descente aux enfers est facile ♦

avatar


✓ Date d'inscription : 19/10/2016
✓ Messages : 118
✓ Localisation : Institut de New-York




Sujet:Loukas Birghtston - Hey sis' ! je te croyais morte Jeu 20 Oct - 14:17



This is how an angel dies

   
prénom(s) Loukas ✣ nom Brightstone ✣ âge 27 ✣ date et lieu de naissance Né à Idris, le 14 Mars 2005  ✣ situation marié à son travail (célibataire) ✣ orientation hétérosexuel ✣ groupe Nephilim ✣ avatar Jake Abel

   

   
ton identité

« En quoi serez-vous un bon percepteur ? Quelles sont vos qualités pour ce travail ? »

Loukas Brightstone se tient devant le Conclave. Il regarde toutes ces personnes et hésite à prendre la parole. Pas qu’il soit d’un naturel timide, mais la situation est impressionnante. Tous ces gens, qui attendent qu’il se présente…
Loukas reste silencieux un instant. Avec le temps il a appris à se taire avant de parler et à réfléchir à ce qu’il allait dire, tout comme réfléchir avant de se jeter dans l’action. Il n’y a qu’une seule chance de succès.
« Eh bien, ce n’est un secret pour personne, j’ai été un jeune plutôt réfractaire à l’autorité. »
Un petit sourire mutin fleurit sur son visage, Loukas sait être plaisant et aimable. « Je ne m’en cache pas, car je pense que cela me procure un avantage pour ce poste d’éducateur. Je comprends les jeunes et ceux qui refusent le système. Je sais que l’obéissance n’est pas envisageable à cet âge-là et qu’ils ont besoin d’expérimenter. Je me propose pour les guider dans cette expérimentation. Je serai derrière eux lorsqu’ils commettront des bêtises -ce qui arrivera, à n’en pas douter- et transformerai des erreurs irréparables en erreurs monumentales, mais sans conséquence. Il ne s’agit pas de les empêcher de vivre, mais leur permettre de vivre sans mettre leur vie et celle d’autrui en danger. »
Loukas fit une pause, il s’était beaucoup questionné quant à son travail là-bas. Il demandait le poste de percepteur tout en s’assurant qu’il continuerait à aller sur le terrain, car il s’agit d’un domaine où il excelle. Et surtout, il est incapable d’abandonner la chasse aux démons. C’est une nécessité pour lui. Se battre, sentir l’adrénaline couler dans ses veines, et le plaisir final, celui d’avoir éliminé une menace.
« Je ne suis pas un fêtard. » Loukas passe sous silence son petit talent de chanteur, qui s’accompagne de mouvement de hanches lorsqu’il s’agit de vieilles chansons, ce qui lui permet de charmer ces dames. « Je suis sérieux et je ne vis que pour mon travail. Et pour tuer des démons. » La voix de Loukas devint dure, comme si tuer des démons est une évidence que certains dans la pièce ont oublié.
Loukas est un homme honnête qui poursuit l’étrange rêve de rendre justice à sa famille défunte et d’éliminer la menace démoniaque du monde.
Il se tait. Il a fini.


   

   
ton apparence

Le Nephilim sent le regard des autres peser sur lui. Il reste calme et attend. Beaucoup ne l’ont jamais vu, il est du genre discret. Il n’est pas particulièrement beau, mais  il n’est pas laid pour autant. Il possède un visage fin, qu’il tient de sa mère, et les yeux clairs de la famille Brightstone. Deux yeux aussi purs que de la glace, d’un bleu qui se révèle au soleil. Mais il n’y a pas de soleil dans la pièce, si bien qu’ils doivent actuellement sembler gris.
D’un geste témoignant son malaise, Loukas passe la main dans ses cheveux et tente un instant de lisser sa chevelure blonde, avant de renoncer et de les ébouriffer de plus belle. Ses mains retombent ensuite, où l’on remarque les habituelles cicatrices et runes propres aux Nephilims, avant de disparaître de la vue de l’auditoire. Bras croisés, on distingue ses muscles saillants sous son t-shirt, preuve de ses longues heures d’entraînement. Cependant il ne fait pas partie de ceux qui se musclent et qui deviennent plus épais, lui, il reste toujours aussi fin bien que les muscles soient au rendez-vous. Il est plus du genre agile et rapide, bien que sa souplesse laisse parfois à désirer. L’homme baisse les yeux. Il s’ennuie. Son regard tombe sur ses vêtements décontractés mais parfaits pour s’entraîner, ainsi que sur sa fidèle veste en cuir. Il n’est pas un adepte de la mode et se satisfait de vêtements basiques, bien qu’il sache faire des efforts, si la situation le demande.
Il est passe-partout, les gens ne se méfient pas particulièrement de lui, son visage semble quelque peu enfantin, mais il s’en moque. Son caractère est là pour leur rappeler qu’il n’est plus un enfant depuis bien longtemps. Effleurant ces pensées, ses doigts se mettent automatiquement à caresser sa chevalière. La chevalière de la famille Brightstone. Un motif celtique. Il n’a pas besoin de baisser les yeux sur elle pour voir ledit motif. Un triskell accompagné d’un arbre au ramage aussi majestueux que ses racines, représentant la vie. L’union de trois forces. L’ascendance des Brightstone, une famille vénérable bien qu’à la lignée chaotique et pas toujours puissante. Sa force s’est toujours trouvée dans l’union des membres de la famille, union aujourd’hui disparue et qui risque fort de s’éteindre avec Loukas.

   

   
derrière la rune

   
pseudo/prénom Maelenn (Nel) ✣ âge 23 ans ✣ comment t'es arrivé(e) ici par un partenariat avec mon fow ✣ présence 7/7 ✣ double compte Aline Baldi ✣ scénario ou personnage inventé Scénario proposé par Monroe Thot, qui a été modifié avec son accord ✣ un dernier mot j'aime ce fow !  et les jolis crédits inconnus ... ✣ Le code du règlement j'ai rencontré des fouines bien plus séduisantes.
   

   


Dernière édition par Loukas Brightstone le Jeu 20 Oct - 19:16, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


♦ La descente aux enfers est facile ♦

avatar


✓ Date d'inscription : 19/10/2016
✓ Messages : 118
✓ Localisation : Institut de New-York




Sujet:Re: Loukas Birghtston - Hey sis' ! je te croyais morte Jeu 20 Oct - 14:20



Into the dark

 
Je la déteste.
Monroe… C’était le prénom de sa soeur. Que le jeune Loukas avait choisi avec ses parents. Bien entendu, ce n’était pas lui qui avait choisi ce prénom en particulier, il avait simplement précisé que ça serait bien qu’elle n’ait pas un prénom de fille, comme ça elle sera peut-être moins bête. Il espérait alors, au fond de lui, que si le prénom était masculin, l’enfant deviendrait un garçon. Mais ses espoirs s'étaient brusquement évanouis lorsque la petite était née.
Loukas était penché au-dessus du berceau de sa petite sœur. Il regardait cette créature qui avait pris sa place dans le cœur de ses parents et se demandait pourquoi il avait laissé faire ça. Petit, il avait toujours désiré avoir un petit frère, mais aujourd’hui, il avait le droit à une sœur. Beurk. C’était une fille. Elle était moche, avec sa tête toute fripée, et sa bouche édentée. Et elle était plus pénible que les autres filles que connaissait le jeune Loukas. Elle criait tout le temps. Il était certain que c’était pour se faire remarquer, si bien que lui, plus personne ne le remarquait. La preuve était que lorsque ses parents rentraient de mission, ils s’enquéraient des progrès de sa sœur, et non plus des siens.


Bon, d’accord. Je la détestais.

Comment Loukas aurait-il pu rester énervé lorsque l’enfant posait ses yeux clairs pailletés de vert sur lui et qu’elle se mettait à rire ? Elle attrapait de ses petites mains boudinées les doigts de son frère et le regardait avec ces yeux pleins de vie. Un regard pétillant qui serrait le cœur de son frère. Comment pouvait-il ne pas l’aimer ? Alors, sans en parler à ses copains, il passait du temps avec sa sœur. Il essayait de lui apprendre plein de trucs, pour pouvoir dire à leurs parents que c’était grâce à lui qu’elle faisait telle ou telle chose. C’était lui qui avait vu ses premiers pas. La scène s’était gravée dans sa mémoire, et surtout dans son cœur. Il se souvenait des cheveux blonds comme ceux d’un ange qui parsemaient la petite tête de la jeune fille. Elle s’était accrochée à sa jambe et riait dès qu’il avançait. Le moment où elle avait lâché la jambe de son frère pour se mettre debout l’avait surpris, mais avant qu’il n’ait pu la rattraper, au cas où elle tomberait, elle s’était avancée vers lui. Il en était resté les bras branlants. Il l’observa donc, la bouche entrouverte, stupéfié, effectuer ses premiers pas maladroits... Avant qu’elle ne chute et se mette à pleurer.

Loukas se redressa. Ça faisait quelques minutes qu’il était penché au-dessus du berceau de sa sœur, comme s’il essayait de trouver du courage dans le regard franc de Monroe. Il observa sa mère qui lui offrit le plus doux des sourires et il sut qu’il y arriverait. Aujourd’hui était un jour spécial.
Aujourd’hui, il avait douze ans et il allait avoir sa première marque. Une grande cérémonie était organisée et toute la famille était venue, ainsi que des amis, mais Loukas ne connaissait personne. Il ne voyait jamais sa famille, la seule famille qu’il avait était ses parents, Saige et Tyrell, ainsi que sa sœur, Monroe. Les autres… il ne connaissait même pas leur nom. Mais il s’en moquait. Aujourd’hui, il allait devenir un véritable Nephilim, comme ses parents ! Plus tard, ils iraient en mission tous les trois et deviendraient les meilleurs chasseurs d'ombres.
Loukas était confiant. Il observa la stèle qui deviendrait la sienne et l’admira quelques instants. Il sentait son cœur tambouriner dans sa poitrine et releva les yeux. Il vit le sourire de son père et le regard de sa mère. Ils étaient fiers de lui. Ils avaient les yeux humides. Le garçon saisit sa stèle et se concentra tandis qu’il l’approchait de sa peau. Cela faisait des jours -des mois- qu’il attendait cet instant. Il s’était entraîné dans sa chambre et avait appris à la perfection la rune, enfant il s’était même amusé à la dessiner au style pour faire comme s’il était un véritable chasseur d’ombre.
La brûlure le surprit.
Le garçon serra les dents, il était fort et n’allait certainement pas pleurer devant tous ces gens, ni même montrer qu’il avait mal. Il se concentra donc, ignorant la douleur. Celle-ci finit par s’atténuer. Lorsqu’il eut fini, il sentit une vague de chaleur l’envahir, comme si la rune lui parlait. Comme si elle était vivante. Il observa son travail, immobile. Ça y était, il l’avait fait. Un immense sourire lui barra le visage tandis que ses parents s’approchaient pour le serrer dans leurs bras. Loukas n’était pas un grand amateur de ces moments d’effusion, mais il aimait ses parents, et les rendre fiers lui procurait une joie indescriptible.


Just lay down

Ils allaient fêter sa première marque, tous les quatre, après avoir remercié la famille qui était venue féliciter le jeune Loukas. Personne n’avait envie de s’éterniser, la famille Brightstone avait besoin d’intimité. Ils étaient très soudés et voulaient profiter de ce moment qui marquait officiellement l’entrée du fils aîné dans le monde des Chasseurs d’Ombres. Monroe faisait également partie de la sortie, emmitouflée dans une couverture brodée du symbole des Brightsones, un triskell derrière lequel s’épanouissait un arbre et ses racines, où on lisait également « Monroe ».
La petite troupe s’arrêta sur un banc qui donnait sur l’East River. L’air était frais, mais la famille rayonnait. Monroe sentait elle aussi qu’il s’agissait d’une belle journée et son gazouillement attira les regards. Celui, aimant, de sa mère, celui, tendre, de son père et celui, admirateur, de son frère.
Mais c’est à cet instant que tout bascula.

La main posée sur l’épaule de Loukas se crispa. Son père lui faisait mal, le garçon leva les yeux vers Tyrell, mais celui-ci avait le regard fixé sur l’horizon. Sa mâchoire était contractée et ses sourcils froncés. Le garçon comprit immédiatement que quelque chose n'allait pas. Sa mère ne tarda pas à prendre la même expression effrayée, tandis qu’une sensation glaciale envahissait le cœur de Loukas. Ses poils se hérissaient. Il sentait. Il ne savait pas ce qu’il se passait, mais c’était dangereux. Saige se leva et échangea un regard avec son mari. En une fraction de seconde ils redevinrent les guerriers formidables qu’ils étaient lors de leurs missions. Loukas les trouva beaux et terrifiants. Leurs gestes étaient fluides et ils dégageaient quelque chose de bestial. Loukas vit sa mère partir en courant, emmenant avec elle Monroe, tandis que Loukas restait avec son père, qui était désormais en position de combat. Loukas allait pour ouvrir la bouche afin de signaler qu’il ne voyait rien lorsqu’ils apparurent.
Des démons.
Beaucoup de démons.
Tout se passa très vite. Loukas avait beau suivre un entraînement, il n’était pas de taille à prendre part à une telle bataille. Il se contenta de rester en retrait, observant son père user de son poignard sérigraphique avec brio. Il eut la certitude que tout allait s’améliorer lorsqu’il réalisa que si les démons étaient moins nombreux, c’était parce qu’ils se lançaient à la poursuite de Saige. Tyrell réagit immédiatement en ordonnant à son fils de courir jusqu’à l’institut et d’aller chercher du renfort. Le garçon obéit. Il avait les jambes qui tremblaient et son cœur qui tambourinait contre sa poitrine. Il ne voulait pas abandonner son père, mais il savait qu’il devait obéir. Les monstres qui les attaquaient allaient les tuer. Il devait courir. Le garçon partit en courant, tandis que son père protégeait sa fuite. Lorsqu’il réalisa que les démons le laissaient tranquille, Tyrell vola au secours de sa femme et de sa fille.

La dernière image qu’emporta le jeune Loukas, était cette masse grouillante et noire, qui était fendue par le poignard sérigraphique de son père. Sa haute stature se découpait sur le ciel clair, il eut un dernier regard pour son fils avant de tourner les talons, entraînant à sa suite les démons enragés.

Le garçon couru comme si sa vie en dépendait, ce qui était le cas. Arrivée à l’Insttut, tout se déroula rapidement. Les Nephilims reprirent le relais et une équipe de secours fut envoyée sur place, tandis que le garçon tentait de fournir le plus de détails possible. Loukas, lui, resta en sécurité à l’institut, attendant le retour de ses parents. Il attendit, encore et encore. La journée toucha à sa fin, sans que la moindre nouvelle ne leur parvienne. Le garçon avait trouvé un livre qui présentait les différents démons et s’y plongea, cherchant à identifier les responsables de cette attaque. Les images se mélangeaient dans son esprit, le terrifiant à chaque fois un peu plus.
Finalement, l’équipe de secours revint. Certains étaient blessés, et ils demandèrent à s’entretenir avec le responsable de l’institut. Loukas était laissé de côté, comme s’il était trop jeune, mais… il savait. Si ses parents n’étaient pas là…
Ils étaient morts.
On lui informa du drame quelques heures plus tard. Ils s’étaient battus vaillamment, cela ne faisait aucun doute, mais… aucun d’entre eux n’avait survécu. Ni son père, ni sa mère, ni sa sœur.
Le monde Loukas se brisa à cet instant.
Son cœur venait de lui être arraché avant d’être écrasé et brisé en milliers de morceaux.


Je suis seul.

Les nuits de Loukas furent peuplées de cauchemars où surgissaient sans cesse des démons. Parfois la voix de son père lui intimait de courir, ce qu’il faisait bien qu’il ne réussisse pas à avancer, parfois il entendait les cris lointains de sa mère et les pleurs de sa sœur. Jamais il ne triomphait de l’armée démoniaque.
Les jours du garçon furent peuplés de fantômes. Ceux de ses parents. Il avait l’impression de les voir partout. Un bruit de pas familier dans le couloir et il sortait en courant. Une silhouette qui franchissait la porte devenait sa mère. Tout le temps. Tous ces espoirs qui refusaient de disparaître. Loukas espérait tellement fort que les Nephilims se soient trompés et que ses parents reviendraient, fatigués, en leur avouant que le combat avait été un peu plus rude que prévu. Que tout irait bien désormais.

Tout espoir s’évapora lorsqu’on remit à Loukas la chevalière familiale. Celle de son père. Les funérailles eurent lieu le même jour, à Idris. L’enfant quitta l’Institut new-yorkais pour assister à la cérémonie. Il fut laissé seul devant les figures de sa famille. Les corps n’étaient pas suffisamment présentables, si bien que les organisateurs (qui s’était donc occupé d’organiser les funérailles ?) avaient préféré réaliser des sculptures représentant les membres de la famille, sur les cercueils. Les sculptures étaient réalistes, mais tellement… Absentes de vies. Froides. L’enfant ne put retenir ses larmes, en voyant ainsi figée pour l’éternité sa famille. Leurs corps glacés qui disparaîtraient à tout jamais.
Les funérailles eurent lieu et toute la famille était présente. Encore une fois, ces gens que ne connaissait pas Loukas. Mais il ne fit aucun effort pour tenter de savoir qui ils étaient. Tous étaient de parfais inconnus.


Blow out the fire

Je les déteste.
Loukas resta à Idris, il s’entoura de solitude et refusa toute forme d’autorité. Il détestait tous ces gens. Tous étaient responsables de la disparition de ses parents. Tous tentaient d’agir comme s’ils étaient ses parents, ce qu’ils n’étaient pas. Et ne seraient jamais. Ils les haïssaient.
Il se haïssait. Il ne cessait de se tourmenter. Pourquoi était-il parti ? Pourquoi ? Il avait fui, lâchement. Que ce serait-il passé s’il avait désobéi ? Il lui arrivait régulièrement d’imaginer d’autres versions de l’histoire. Il se serait battu aux côtés de son père, il lui aurait montré que l’entraînement qu’il avait suivi depuis sa naissance avait porté ses fruits. Il aurait couru après sa mère et aurait protégé sa sœur, tandis que Saige aurait rejoint son mari et parabataï. Ils auraient combattu ensemble. Ils auraient vaincu tous les quatre, ou seraient morts tous les quatre. Comment Loukas pouvait-il vivre sans ses parents ? La vie sans eux n’était plus une vie.

Les jours passèrent, Loukas se calma. Il reprit son entraînement à Idris, tandis que son nouveau caractère se forgeait.
Un caractère réfractaire à toute autorité. Il aurait dû désobéir à son père, c’était une certitude.
Un caractère studieux. Il se noyait dans le travail. Il voulait toujours savoir plus. Il voulait devenir meilleur. Le meilleur. Et il voulait oublier.
Un caractère distant. Loukas comprit qu’il ne pouvait pas se tenir éloigné de tout le monde, il  pouvait discuter avec eux, plaisanter, bien que rire lui fasse terriblement mal, sans qu’ils ne comptent réellement pour lui. Il apprit à être aimable et attentif aux propos des autres sans pour autant s’investir dans une relation.

Quelques mois après la mort de sa famille, Loukas demandait à être affecté à un institut. Rester à Idris était d’un ennui mortel, les Nephilims, selon lui, ne pouvaient se former à l’abri chez eux. Ils devaient aller au-devant du danger avec les terrestres.
C’est ainsi que commença l’errance de Loukas. Son habilité à n’en faire qu’à sa tête lorsqu’il travaillait sur une mission lui procura la chance d’être gentiment invité à changer d’institut, et ce très régulièrement. Lorsque ce n’était pas ses excès de zèle qui l’encourageaient à déménager, c’était ses camarades. Loukas a rencontré de nombreuses personnes et commencé à tisser avec elles des amitiés, mais dès que ces personnes s’approchaient trop ou désiraient faire partie de la vie du jeune homme, celui-ci les repoussait sans ménagement et ne tardait pas à disparaître. Il repoussa deux amis qui avaient évoqué l’idée de devenir parabataï afin de conserver sa parfaite liberté. Aujourd’hui encore il n’avait pas ce frère d’armes et il n’en désirait nullement.
Loukas n’était pas le seul à savoir qu’il n’avait pas d’attache. L’enclave le savait également, et ça ne lui plaisait pas. Le garçon était incontrôlable, il n’acceptait l’autorité de personne. Il ne faisait pourtant que son travail, mais il était dangereux, c’était un électron libre et inquiétant.


In the dark, I see your smile

Heureusement Loukas s’assagit. Il restait un accro au travail et à la chasse au démon, mais en observant les jeunes Nephilims il réalisa qu’ils étaient inconscients. Ils prenaient leurs décisions sans forcément faire cas de leurs aînés, ce qui mena Loukas à réaliser que lorsqu’on lui donnait un ordre, c’était généralement justifié. Peut-être que la justification lui échappait, mais il était probable que ça soit la meilleure décision, celle-ci était généralement plus objective.
C’est ainsi que le jeune homme commença à faire moins de vagues. Il se mit à réfléchir avant d’agir, et à écouter les conseils. Il restait toujours aussi volatile dans ses amitiés et ne cherchait pas à se poser. Durant ces années d’errance, il vécut dans de très nombreux Instituts, sur pratiquement tous les continents. Il s’était habitué à ce mode de vie, qui, en fin de compte, lui convenait parfaitement.

Si Loukas devait parler de ce qu’il avait appris dans ces différents instituts, il aborderait les manières différentes de voir le monde. Certains Instituts avaient une politique très dure vis-à-vis des créatures obscures, tandis que d’autres les considéraient comme des amis. Loukas suivait toujours les règles, bien qu’il possède son propre avis. Les créatures obscures avaient le droit d’exister, mais il ne leur accordait jamais sa confiance. Dès qu’il sortait de l’institut, il savait que le danger existait et que s’il surgissait, il ne lui ferait aucun cadeau. Il sortait d’ailleurs toujours armé, de sa stèle et de deux poignards sérigraphiques dans le pire des cas.
Sa technique de combat a grandement évolué après son passage à l’institut de Santiago du Chili. Une femme lui a fait comprendre qu’un combat ce n’était pas uniquement pour donner la mort, qu’il s’agissait simplement d’un résultat. Un combat c’est comme une danse, il faut que les participants s'en approprient le rythme, qu’ils bougent dans le temps de manière à saisir l’instant et à transformer la vie de son adversaire en un simple fil tendu. Un fil qu’ils peuvent désormais caresser, pincer, taillader et, dans le pire des cas, couper.
Dès lors, Loukas est devenu plus vif, plus rapide et a appris à se fier davantage à son instinct. Son formidable instinct, qui, aujourd’hui, faisait la différence. Ce n’était pas sa technique qui lui permettait d’effectuer un si bon travail, mais son instinct, renforcé par de nombreuses années d’études. C’était un chasseur de démon, il les avait en horreur. Si les cauchemars avaient finalement fui, il ressentait toujours cette haine qui habitait son cœur. Ces picotements particuliers qui l’envahissaient lorsqu’un démon était dans les parages, comme une réminiscence du passé.


De retour à Idris, avec les récents évènements (kidnapping, meurtres…), Loukas avait compris qu’il était temps d’agir. De cesser de fuir et de passer à l’offensive. Pour lui, le petit-fils du prince ensorceleur était un bon début. Le jeune garçon allait certainement jouer un rôle à l’avenir. Son grand-père restait son grand-père, il entrerait en contact avec lui et Loukas voulait être là à ce moment. Il voulait, lui aussi, le tuer, ôter la vie de cet homme qui osait s’unir volontairement avec des démons et mettre en péril leur futur. Leur peuple tout entier était menacé.
Et si, au passage, il réussissait à former l’informable Caryl Lightwood, ça serait bonus. Mais ça… ce n’était pas vraiment sa préoccupation première.

Le Nephilim se tenait devant le conclave. La dernière fois qu’une telle chose s’était passée, il avait douze ans et demandait à être affilié à un Institut. Il était alors bouleversé et plein de ressentiment. Il avait bien changé…
Loukas demandait aujourd’hui à devenir percepteur et d’enseigner aux plus jeunes la chasse aux démons, à l’Institut de New York. Cela passait par une étude approfondie de leurs ennemis, ainsi que par un entraînement physique particulier et, si les élèves se montraient à la hauteur, à des mises en pratique.


L’enclave accepta.

C’était le début d’une nouvelle aventure, et très probablement une nouvelle page de sa vie. Un tournant, qu’il espérait favorable.


 


Dernière édition par Loukas Brightstone le Jeu 20 Oct - 19:41, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


♦ La descente aux enfers est facile ♦

avatar


✓ Date d'inscription : 23/06/2015
✓ Messages : 1973
✓ Localisation : Los Angeles




Sujet:Re: Loukas Birghtston - Hey sis' ! je te croyais morte Jeu 20 Oct - 15:01

Miam... B) Re-Bienvenue o/ Et bon courage pour ta fiche Wink

_________________
   
Hic Rhodus, his salta.
Beware of still waters -- Never give up -- Keep smiling -- We never laugh enough -- She looks like a cinnamon roll but could actually kill you-- You killed her, I will kill you.
   © Candy Apple
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar


✓ Date d'inscription : 26/09/2015
✓ Messages : 262
✓ Localisation : NY
✓ Age : 19




Sujet:Re: Loukas Birghtston - Hey sis' ! je te croyais morte Jeu 20 Oct - 17:12

Ah bah il a encore changé de tête au final ^^

Rebienvenue et bon courage pour ta fiche Smile

_________________

I might be physically stronger, but you have the truest heart of anyone I've ever known, and the strongest faith in other people, and in that way you are better than I could ever hope to be.
Alec Lightwood© PUMPKIN.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


♦ La descente aux enfers est facile ♦

avatar


✓ Date d'inscription : 19/10/2016
✓ Messages : 118
✓ Localisation : Institut de New-York




Sujet:Re: Loukas Birghtston - Hey sis' ! je te croyais morte Jeu 20 Oct - 17:35

merci à vous ! beusou

Elle est presque finie ! Very Happy
(pour l'histoire, je m'excuse, je me suis un peu emportée... U.u)


Alec : ... oui. Mais cette fois-ci, c'est le bon ! J'avoue que Dominic je n'arrivais vraiment pas à le voir et que Chris sur le coup m'avais paru un bon choix, mais au moment de m'y mettre... gros blocage. Donc voilà, Jake me plait beaucoup plus, il est moins intimidant et reste hyper séduisant *-*

Donc par rapport au personnage scénario, j'ai en effet effectué quelques modifications :
- avatar, adieu Dominic et bienvenue Jake Abel
- âge, ce Loukas est plus âgé. Ca ne pose pas de soucis à Monroe.
... et je crois que c'est tout. J'ai fait concorder son histoire à celle de Monroe et les autres points évoqués dans le scénario sont repris (notamment son caractère), bien que le fait qu'il soit plus vieux entraine quelques modifications (caractère et mode de vie)


Dernière édition par Loukas Brightstone le Jeu 20 Oct - 17:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


♦ La descente aux enfers est facile ♦

avatar


✓ Date d'inscription : 19/10/2016
✓ Messages : 118
✓ Localisation : Institut de New-York




Sujet:Re: Loukas Birghtston - Hey sis' ! je te croyais morte Jeu 20 Oct - 19:49

Merci Sis' ! Very Happy
Moi aussi je serais contente de te voir.. Hahahaha ! j'ai hâte !


PS : décidément, dans le profil je ne peux jamais remplir la date de naissance. C'est assez frustrant. 1889 ça ne fonctionne pas, et 2005 non plus. Groumpf. U.u

PSS : désolée pour la longueur de l'histoire... ^^'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar


✓ Date d'inscription : 26/09/2015
✓ Messages : 262
✓ Localisation : NY
✓ Age : 19




Sujet:Re: Loukas Birghtston - Hey sis' ! je te croyais morte Jeu 20 Oct - 23:52

... J'ai cru que j'en viendrai jamais à bout de cette fiche !



Vous êtes admis chez les Nephillims !

Instrument of Good

Bravo pour votre validation ! Vous pouvez dès à présent plonger dans l'univers de The Mortal Instruments. En commençant par faire votre fiche de lien ICI et votre fiche de RP ICI et ICI pour faire votre journal intime. Vous pouvez aussi jeter un œil pour la demande d'un logement et remplir le calendrier des Anniversaires. Et vous devez aussi vous rendre pour ajoutez votre avatar au bottin, histoire que personne d'autre ne vous le prenne.Vous devez également vous rendre LA pour pouvoir être affecté à un Institut, chose obligatoire.
N'oubliez pas que les admins sont là pour vous aider si vous avez des questions à poser ou si vous rencontrez des difficultés. Au plaisir de vous croiser en rp !


_________________

I might be physically stronger, but you have the truest heart of anyone I've ever known, and the strongest faith in other people, and in that way you are better than I could ever hope to be.
Alec Lightwood© PUMPKIN.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


♦ L'immortalité nous fait perdre ceux qu'on aime ♦

avatar


✓ Date d'inscription : 01/08/2016
✓ Messages : 532
✓ Localisation : New York




Sujet:Re: Loukas Birghtston - Hey sis' ! je te croyais morte Ven 21 Oct - 9:23

... Désolée U.u

Merci pour la validation ! beusou
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar


✓ Date d'inscription : 13/03/2015
✓ Messages : 3593
✓ Localisation : Institut du New York




Sujet:Re: Loukas Birghtston - Hey sis' ! je te croyais morte Mer 26 Oct - 22:35

Reeeeeeeeeeeeee bienvenue et amuse toi bien avec ce news perso beusou beusou beusou beusou beusou

_________________
Feel it all, don't look back
I can feel you all night, I won't let you down. Your love breaking into colors, touchin' we can't get enough. You're spinnin' me round and around, into the sunrise. Fallin' away now ❥ I Feel It All .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé





Sujet:Re: Loukas Birghtston - Hey sis' ! je te croyais morte

Revenir en haut Aller en bas
 

Loukas Birghtston - Hey sis' ! je te croyais morte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Problème pour poster un sujet et édition morte
» carte video [résolut]
» RELAIS POUR LA VIE
» Rediriger vers la nouvelle adresse
» Comment perdre des clients

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Mortal Instrument RPG :: Nota Bene :: Présente Toi :: Validées-